La rencontre de deux grandes curiosités

Celle de Pascal Barbot d’abord, qui va piocher dans la cuisine « d’ailleurs » pour créer une cuisine qui lui est propre. Celle de Christophe Rohat ensuite, tournée vers les clients, pour saisir leurs envies grâce à un instinct imparable.

De leur rencontre et leurs envies communes naît un voyage au fil d’assiettes à partager, dans lequel le produit, souvent sauvage, toujours soigneusement choisi, est sublimé.

Du cœur, de l’instinct, de la convivialité… l’art de l’hospitalité comme il se doit.

Une offre qui évolue au fil de la semaine

Du samedi au dimanche, le restaurant se réinvente autour d'une cuisine simple, accessible, mais toujours portée par l'inspiration du chef Pascal Barbot.

Le reste de la semaine, retrouvez l'expérience de l'Astrance telle que vous la connaissez.

Vous pourrez également opter pour des plats à finir de préparer chez vous, et des produits d'épicerie fine.

 
 
À l'origine
une fleur

L’astrance, dont l’origine grecque « aster » signifie étoile, est une fleur sauvage qui pousse en Auvergne.

Ses formes apparemment simples reposent pourtant sur une grande sophistication, à l’image de la cuisine du restaurant, au sein de laquelle est prôné l’amour du produit, la volonté de le sublimer et le faire rayonner, pour le plus grand ravissement de ses clients.

Toute cette philosophie de la cuisine de l’Astrance, du partage et de l’art de recevoir se retrouve au cœur de ses plats, portés par la perpétuelle inventivité de Pascal Barbot et Christophe Rohat.